Les nuages s’amoncellent sur la conjoncture mondiale. L’OCDE revoit à la baisse ses prévisions de croissance des principales économies du G20. Elle table pour la France sur une hausse du PIB de 1,6%, contre 1,9% en mai.

Risques croissants et nombreuses incertitudes. Le panorama de l’économie mondiale dressé par l’OCDE s’est assombri depuis sa dernière estimation de mai. L’Organisation pour la coopération et le développement économique revoit à la baisse la croissance pour 2018 à 3,7% contre 3,9%. Surtout, elle abaisse ses chiffres pour la plupart des pays du G20, mis à part les États-Unis et la Chine. Mettant en avant le regain de tensions commerciales, le resserrement des conditions financières lié à la sortie des politiques monétaires très accommodantes, les risques politiques accrus en particulier en Europe – entre le Brexit et l’Italie avec un tandem populiste aux commandes – et le retour des risques financiers dix ans après la crise.

«La croissance mondiale est restée solide sur la première partie de 2018 mais il y a des signes montrant qu’elle a atteint un pic», soulignent les experts de la Muette. Ils pointent les écarts de performance entre les pays alors qu’en 2017 la croissance était plus largement partagée. L’activité restera soutenue à court terme dans les pays développés, grâce à la dynamique de l’emploi et des conditions financières encore favorables.

Pour la zone euro, l’OCDE prévoit une hausse du PIB de 2% cette année (-0,2% par rapport à mai), 1,9% en Allemagne (-0,3%) et 1,6% en France (-0,1%). Alors que le gouvernement français anticipe 1,7% . Le chiffre reste inchangé pour les États-Unis à 2,9%.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :